Silent Sunday #135

Le principe est simple : une photo, pas de mot…

Pour voir les photo des autres participants, c’est par ici chez Isabelle .

Les plumes d'Asphodèle

Atelier d’écriture proposé par : Emilie Bert

D’après une collecte de mots sur le thème « Révolution» :

Les mots à utiliser sont donc les suivants : Mutinerie, trouble, manque, culotte, bois, changement, utopie, industrie, recommencer, tourner, tableau, tapage.

  • j’ai laissé industrie de côté.

En cas de manque…

Ce soir là, loin du tapage du port, ils s’étaient retrouvés dans son alcôve. Demain, il repartirait en mer pour plusieurs mois et il lui fit promettre fidélité. En gage d’amour, il lui offrit, emballé dans un pan de soie rouge, un olisbos qu’il avait tourné puis sculpté dans un bois précieux ramené du japon. Ainsi, quand la mutinerie recommencerait à s’inviter dans sa culotte, elle pourrait s’adonner sans scrupules à des plaisirs solitaires. Pour l’encourager à la sincérité, il lui donna également un tableau ou plutôt une estampe érotique du nom de « Shunga » qui lui permettrait de se « former » en attendant son retour.

Erotica; Shunga japonais; Loving Couples On Porch, Kunisada Utagawa, vers 1840

Il apprécierait sûrement quelques changements pimentés dans leurs ébats charnels dès son retour.

Devant ses propres cadeaux, le trouble s’installa et il sentit monter l’excitation à travers son sexe devenu aussi dur que de la pierre.

Loin de toute utopie, il la saisit virilement par les hanches, prit à peine le temps d’écarter le tissu de sa chemise sur ses fesses rebondies et commença un va et vient vite rythmé par le son de ses gémissements de plaisir.

Demain, il repartait pour de nombreux mois…

Des mots, une histoire : récolte 32

Sur une proposition d’écriture d’Olivia

Les mots récoltés : Hollande ou tulipe – étouffer – image – chanson – nouveauté – destination – voyage – merveille – crisper – sauvage

Avril 2015 – Dans mon jardin d’Éden.

Sur le paquet de bulbes de tulipes, il était soit disant inscrit « Origine de Hollande » comme gage de qualité. Pourtant, moi, je n’en peux plus de tout ce rouge. J’étouffe ! J’ai besoin d’oxygène ! De ces pétales un peu crispés, trop bien rangés, de ce cocon, il faut que je m’échappe ! Il me faut une nouvelle destination ! On m’a parlé de fleurs sauvages qui poussent au printemps, on m’a parlé de collines entièrement recouvertes de merveilles colorées, on m’a parlé du chant des insectes qui bourdonnent librement, on m’a parlé des rayons du soleil qui nous chauffe les ailes. J’ai du mal à en voir une image, alors je chante. Je chante de ces chansons sur le printemps, je chante sur la nature, je chante sur les fleurs. Je chante en attendant mon prochain voyage, je chante dans l’espoir d’un monde de liberté.

Atelier d’écriture 354 de Bric à Book

Proposition d’écriture de Bric à Book à partir de cette photo.

Pas de thématique interdite .

© Simon Zhu

Vous allez peut-être pouvoir venir à mon secours, parce que à ce jour, je ne sais plus qui je suis…

Figurez-vous qu’il s’est passé un truc étrange le matin du 25 décembre alors que j’ouvrais mes cadeaux de Noël au pied du sapin. Dans l’un des paquets, j’ai trouvé une sorte de roche, qui au contact de mes doigts, est devenue instantanément chaude, scintillante et dorée. J’ai tout de suite pensé à de la kryptonite dorée. Si c’est le cas, je pense que je suis désigné pour être un « Super Anti Héro ». Il est bien connu que la kryptonite dorée a pour effet d’anéantir les supers pouvoirs de Superman ! Ne souriez pas, c’est sérieux comme histoire ! Jusque là, je croyais que Superman existait juste dans mes bouquins, et que je n’avais rien du méchant de service dans les comics. Mais tout à coup, c’est devenu une évidence. On venait de me confier une mission importante.

J’ai donc profité du soir du 31 décembre pour essayer de maîtriser ce don. Ainsi, en me voyant agir, on pourrait toujours croire à des feux d’artifice et pétards de noctambules fêtant la nouvelle année. Je suis donc allé au bord de la rivière pour être plus crédible et en sécurité en cas d’explosion.

Je sentais en moi, une sorte de force maléfique dès que je touchais la pierre. Dans un 1er temps, j’ai réussi à faire des sortes de cercles en faisant virevolter mon bras au dessus de ma tête, mais à plusieurs reprises, mes cheveux ont failli prendre feu. Au début, c’était marrant jusqu’à ce que je m’aperçoive à travers un relent de poissons, que j’avais transformé l’eau de la rivière et ses habitants, en une sorte de friture géante.

Au bout de quelques heures, mes gestes devinrent plus précis et j’arrivais même à contrôler les gerbes qui s’échappaient des cercles devenus parfaits. J’écumais de plaisir.

C’est alors que des sirènes de pompiers retentirent sur le pont au dessus de moi et je dû m’enfuir rapidement tout en essayant d’atténuer la lumière et les pouvoirs de la pierre.

Mais aujourd’hui, je suis confiné dans une chambre dans un Centre Hospitalier en attendant de voir le médecin. Les pompiers ont réussi à m’attraper et le préfet a décidé mon internement sans consentement en unité psychiatrique pour « Atteinte à la sûreté des personnes ou, de façon grave, à l’ordre public ». Je n’aurais sans doute pas dû parler de la kryptonite et de Superman. On me pense dangereux parce que j’ai mis le feu près de la rivière et on pense même que j’ai tenté de m’immoler quand ils ont vu les brûlures sur mon visage, mon crâne et une partie de mon corps.

On m’a confisqué ma pierre dorée, mais je sais que ses pouvoirs sont en moi. Pour l’instant, ils sont en veille. Mais, quand le moment sera venu, ça sera la fin de leur monde et je continuerai ma quête : Trouver et détruire Superman !

Je ne teul’fais pas dire!

J’ai piqué la trame chez Mahie .

Voilà ce qui me ferait envie… Me balader en traineau avec un amoureux, sous une nuit étoilée dans un paysage neigeux… Suis In love des tableaux de Chagall.

Nuit d’hiver, Marc Chagall – gouache sur 66,7 x 51,1 cm, peint en 1929-1930

Aujourd’hui je me sens : Comme une veille de reprise… D’autant que demain, je reprends à temps plein après, une intervention chirurgicale, 3 mois d’arrêt et 3 mois de temps partiel thérapeutique. Et franchement, j’ai toujours hyper mal à cette P…. de cheville, et je souffre dans le plus grand des silences !

Ce matin la première personne à qui j’ai parlé une fois sortie de la maison : A Newton ! Allez ! Avance !

J’ai été super contente de : De voir mes 3 enfants pour les fêtes.

Ça m’a franchement énervé de : qu’ils n’arrivent pas à être les 3 en même temps à la maison… Mais, je sais relativiser et l’important, c’est de se voir !

Ma conversation/situation surréaliste de la semaine : Durant cette semaine, mis à part avec le caissier de carrouf, je n’ai parlé à personne. Vous trouvez ça surréaliste ? Moi pas.

Je suis grognon : Ça va passer !

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : Le chirurgien qui m’a opérée soit satisfait de son travail ? Techniquement peut-être, dans la réalité c’est loin d’être top !

C’est exquis de : Pouvoir se recoucher et traîner après son petit-déj… Ce matin, c’était la dernière fois avant longtemps !

Ça me rend extatique : De regarder le ciel étoilé pendant que Newton fait son dernier pipi dans la nuit.

En ce moment je lis : J’ai une pile de bouquins qui m’attend depuis des semaines… Mais je ne lis rien de rien !

Je dis « respect » à : toutes les personnes qui doivent prendre les transports en commun pour aller bosser dans la région parisienne et qui essaient de garder leur calme.

Je ne résiste pas à : ces papillotes qui trônent dans un bol sur la table de cuisine. Heureusement il en reste peu… Adieu tentation !

J’vais t’dire une bonne chose : j’arrête demain !

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute à fond : Sofiane, un CD offert par Lutine à Noël. Un CD qui rend cool au volant.

La pensée hautement philosophique de la semaine : 

Je me taperais bien : Un velouté de châtaignes.

J’ai été raisonnable : Aucunement

Cette semaine pour la première fois j’ai : je me suis abstenue d’adresser mes voeux de Bonne Année à un tas de gens qui ne m’inspiraient pas. Va savoir pourquoi…

C’est bien la dernière fois que je : Pas de fausses bonnes résolutions !

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappé cette semaine c’est : aucune

Plutôt que d’être assise à mon bureau, là tout de suite j’aimerais mieux : Je vais aller préparer un filet mignon en croûte, avant qu’il ne s’abîme sur le rayonnage de mon réfrigérateur…

Je vous souhaite néanmoins une bonne semaine les p’tits Loups !