Festival de Chalon dans la rue, une histoire de 35 ans déjà !

Ça craint ! Je n’ai encore même pas pris la peine de lui rendre hommage à ce Festival que j’affectionne tant ! Et oui, ça fait déjà 35 ans que je me donne ce droit d’aller trainer chaque été, dans les rue de Chalon sur Saône, des heures durant et ce pendant 5 jours ! Avec l’âge, je diminue mon temps de présence et je ne pose plus de congés exprès pour l’occasion. Un week-end, ça me convient encore bien, surtout que je n’habite plus sur place…

Durant ces 35 ans, j’y ai croisé des compagnie prestigieuses comme « Royal de Luxe », « Les Studios Cirque de Marseille » ou « Générik Vapeur » mais aussi des tas de petites troupes inconnues venues de France et de Navarre ! Aujourd’hui, c’est un Festival international !

Une concentration d’art et de poésie durant 5 jours et il faut vraiment être difficile pour ne pas trouver un spectacle à son goût !

Collectif MALUNÉS avec « We agree to Disagree »


Le Collectif Malunés vous invite, if you agree, à prendre part à une expérience personnelle et collective : un moment de cirque à la fois virtuose, pathétique, esthétique, parfois bordélique, bien entendu acrobatique, avec un montage de portique organique, héroïque, et le tout en musique ! À votre arrivée, nous viendrons à votre rencontre. On s’approchera pour vous raconter des secrets. Peut-être aurez vous la chance d’être incité•e à vous confier. Vous serez tou•tes invité•es à participer, même plus, à co-créer ! N’ayez crainte, la prise de risque sera maîtrisée.We Agree To Disagree parle de l’absurdité du sérieux actuel. Insolence, décalage, humour belge et politiquement incorrect sont les ingrédients pour combattre le conformisme et faire germer l’espoir de lendemains fleuris. Plus tard, lorsque vous conterez ce doux moment à vos proches, vous ne pourrez pas dire du spectacle “je l’ai vu”, mais “je l’ai fait”.

Cie SUPERFLUU avec « Pour toujours pour l’instant »

Une épopée amoureuse surprenante et inédite, une escapade au pays de l’amour naissant. Dans un seul en scène immersif, rythmé par les créations sonores de Matthieu Perrin, Johnny Sexy met sa verve et sa loquacité au service d’un décryptage de nos sentiments. Une boussole de l’amour pour nous faire perdre le nord. Pour un instant, ou pour toujours !

Les ÉCHASSIERS du TOGO

Une Cie de BARCELONE dont je ne me souviens plus du nom… Un spectacle intime plein de sensibilité !

Cie KUMULUS avec « Fragile »

« Il existe un parchemin secret au fond de chacun de nous qui s’appelle fragilité. Et c’est cette fragilité qui nous rattrape tous aujourd’hui « . Wajdi Mouawad. Nous avons passé avec effarement les années 2000. Certains prédisaient l’apocalypse, d’autres la fin de notre humanité mais il faut croire que l’Homme continue toujours à s’organiser et à évoluer au gré des intempéries. 20 ans plus tard, une nouvelle fois la rue s’éveille, crie, s’anime, s’agite, se révolte dans un désordre permanent, pour ne pas se soumettre à la violence du Monde. Depuis toujours l’Homme a besoin du collectif pour rêver et créer conjointement du beau. Dire nous sommes là, nous sommes vivants, ici et maintenant. Avec « Fragile », nous avons envie de rendre hommage à tous ces hommes et femmes qui partout dans le monde redonnent avec courage un sens à nos espaces publics. « Fragile » à l’écoute des Bruits du Monde, donne le spectacle de notre humanité. Celui d’hommes et de femmes ordinaires tirant derrière eux un monde qui brûle, avec l’espoir féroce que, tel le Phénix, quelque chose de meilleur renaîtra de ses cendres. « Fragile » : une déambulation musicale, visuelle, ponctuée de poésies sonores, traversant la ville comme un grand cri artistique.

La Cie MATHILDE PAILLETTE avec « TROU » (Mon coup de coeur)

TROU est un concert conté (chanson/rap) où naïveté et insolence se lient pour témoigner du parcours d’une femme victime d’un viol, porté par deux militantes émotionnelles. Paillette est une petite fille, une femme, un être libre, vivant et joyeux. La grosse Sirène, soutien sans faille, chimère de son enfance, va l’accompagner sur le chemin tortueux de la résilience. Les images sont légères, pleines d’humour et invraisemblables. Comme un rêve. Ce qu’elles racontent est violent, injuste et invraisemblable. Comme un cauchemar.

Chaque année, pendant 5 jours, le festival rassemble plus de 160 compagnies françaises et internationales et propose plus de 1000 représentations. Alors si vous ne savez pas quoi faire en juillet 2023 ! Vous pouvez me faire confiance, y aura toujours un truc pour vous !

Projet [52-2022] : Semaine 30 : Ville ou campagne

A l’initiative de «Du côté de chez Ma’» chez qui vous pouvez retrouver les liens des participants.

Pour avoir vécu en ville et à la campagne, mon choix est fait, je préfère la campagne ! Désolée, mais je n’ai pas trop le temps de développer… A plus tard, week-end encore chargé et je vais sans doute avoir du mal à répondre.

Il n’est pas joli mon village Perdu ? (Photo Nov 2021)

Projet [52-2022] Semaine 17 : Raconter

A l’initiative de «Du côté de chez Ma’» chez qui vous pouvez retrouver les liens des participants.

A la tombée de la nuit, quand la Cathédrale Notre Dame de Chartres, mise en lumière par des projections (sons et lumières), te raconte l’histoire chartraine associée à celle de la France !

Je vous conseille donc une déambulation au cœur de la ville pour découvrir ces chefs-d’œuvre en lumière ! Et d’un point de vue touristes, il y en a, mais rien à voir avec les Illuminations de Lyon où j’ai bien cru un soir, mourir écrasée par la foule ! Chartres, c’est 24 sites dans la ville d’avril à octobre !

Projet [52-2022] Semaine 13 : Ne te découvre pas d’un fil !

A l’initiative de «Du côté de chez Ma’» chez qui vous pouvez retrouver les liens des participants.

Je me demande si Ma ne sait pas lire dans une boule de cristal ! Parce que le thème du jour tombe pile-poil avec la météo ! Sans déconner ! Il y a une semaine il faisait 22° et hier matin à peine 3°. Une épaisse couche de neige jonchait le sol au point où newton refusait de rentrer, pensant qu’on allait faire les fous tout le matin ! Par chez moi, ils sont surement prévoyant, parce qu’ils ont emmitouflé les arbres pour prévenir cette vague de froid ! La photo date de dimanche dernier…

Vous voyez ! En avril, ne te découvre pas d’un fil !