Projet [52-2022] Semaine 17 : Raconter

A l’initiative de «Du côté de chez Ma’» chez qui vous pouvez retrouver les liens des participants.

A la tombée de la nuit, quand la Cathédrale Notre Dame de Chartres, mise en lumière par des projections (sons et lumières), te raconte l’histoire chartraine associée à celle de la France !

Je vous conseille donc une déambulation au cœur de la ville pour découvrir ces chefs-d’œuvre en lumière ! Et d’un point de vue touristes, il y en a, mais rien à voir avec les Illuminations de Lyon où j’ai bien cru un soir, mourir écrasée par la foule ! Chartres, c’est 24 sites dans la ville d’avril à octobre !

DÉFI DU 20

Vous trouverez ceux qui l’ont relevé sur le blog de Passiflore

Il est dit 2 poètes pour ce nouveau défi… Alors je vais mettre en lumière Bernard Friot que j’ai découvert par hasard, au détour d’une pile de livres… J’aime ses écrits pour leur force et leur simplicité

Bernard Friot

Bernard Friot, Littérature jeunesse

1951 – … Nationalité : française Lieu de naissance : Saint-Piat

Bernard Friot est né près de Chartres en 1951, mais il a posé ses valises dans de nombreuses villes de France et d’Allemagne. Après avoir été longtemps enseignant de lettres et s’être particulièrement intéressé aux pratiques de lectures des enfants et adolescents, il a été pendant quatre ans responsable du Bureau du livre de jeunesse à Francfort. Il s’est installé depuis peu à Besançon où il se consacre à l’écriture, à la traduction et à la conception d’expositions.
Il dit « être tombé tout petit dans la lecture ». En revanche il affirme détester écrire. Il est pourtant l’auteur d’une quantité d’histoires courtes, rassemblées en plusieurs volumes : Histoires pressées, Nouvelles histoires pressées, Encore des histoires pressées. Plusieurs compagnies professionnelles de théâtre se sont emparé de ces textes pour monter des spectacles, en France et en Suisse.
Bernard Friot se définit comme un « écrivain public » : il a besoin de contacts réguliers avec ses jeunes lecteurs pour retrouver en lui-même les émotions, les images desquelles naissent ses histoires. Il attache aussi une grande importance à la traduction de livres allemands pour la jeunesse car pour lui la traduction est un travail de création aussi noble et passionnant que l’écriture.

Quoi de mieux qu’une lecture en images ?

****************************************************

****************************************************

Mon deuxième poète, est une femme, Rupi Kaur

4 octobre 1992… Née au Pendjab (Inde)

Rupi Kaur est poétesse, écrivaine féministe et artiste. Née au Pendjab, elle a émigré à Toronto avec ses parents à l’âge de 4 ans. Elle a commencé à dessiner à l’âge de 5 ans, lorsque sa mère lui a tendu un pinceau et lui a dit : « dessine ce que te dicte ton cœur ». Pendant ses études de rhétorique à l’Université de Waterloo, Rupi Kaur a écrit, illustré et publié elle-même son premier recueil, lait et miel (Charleston, 2017). Depuis il est devenu un phénomène international. Son deuxième recueil, le soleil et ses fleurs, publié en 2017 en anglais, s’est tout de suite placé dans les meilleures ventes et a été adopté par les lecteurs du monde entier. À 17 ans, Rupi Kaur a réalisé sa première performance en lisant un de ces poèmes, et est tombée amoureuse de l’exercice. Elle a continué à se produire partout au Canada, fédérant autour d’elle une vraie communauté de lecteurs. Aujourd’hui ses performances sur scène sont un mélange magique entre poésie, art et théâtre. Rupi Kaur explore une grande variété de thèmes dans son travail : l’amour, la perte, les traumatismes, la guérison, la féminité, la migration, la révolution. Son travail a su trouver sa place dans le cœur de millions de personnes.

voici le voyage d’une
survie grâce à la poésie
voici mes larmes, ma sueur et mon sang
de vingt et un ans
voici mon cœur
dans tes mains
voici la blessure
l’amour
la rupture
la guérison


– rupi kaur –

Projet [52-2022] Semaine 6 : Souvenir d’enfance

A l’initiative de «Du côté de chez Ma’» chez qui vous pouvez retrouver les liens des participants.

Je ne peux pas faire mieux comme souvenir d’enfance en vous présentant mon ours en peluche, offert par ma marraine, alors que je n’avais que quelques jours de vie. A l’origine, il était rose avec une petite langue rouge qu’il tirait en permanence. Je me souviens l’avoir regardé tourner en rond dans la machine à laver de ma mère durant des minutes qui me semblaient interminables. Je me souviens ressentir quasiment la douleurs de ses oreilles quand elle l’accrochait à l’aide de deux épingles de bois, à sécher en plein soleil, sur les fils à linge du jardin. Je me souviens de ces grands moments d’émotion, quand ma mère armée de fil et d’une aiguille, se devait de lui faire quelques points de suture salvateurs…

Cet ours, il m’a suivi toute ma vie, il est parti en vacances aux quatre coins de la France, voyagé de cartons en cartons à chaque déménagement, essuyé mes larmes d’enfant, fait sourire mes propres enfants… Aujourd’hui, il est toujours là, comme le témoin de toute une vie.

Projet [52-2022] Semaine 3 : Tradition

A l’initiative de «Du côté de chez Ma’» chez qui vous pouvez retrouver les liens des participants.

Voilà un thème qui m’a donné du fil à retordre… A croire que j’ai du mal avec les traditions ? Je ne crois pas pourtant… mais côté photos, c’est maigrelet !

Merci les archives d’avant 2015… Août 2012, il me semble. La traditionnelle pièce montée comme dessert, à l’occasion d’un mariage, celui de ma nièce et de son amoureux…

Depuis, la famille s’est agrandie avec l’arrivée de 2 garçons de 8 et 6 ans…

Et vive l’amour !

Projet [52-2021] Semaine 51 – Scintiller

A l’initiative de «Du côté de chez Ma’» où vous pouvez retrouver les liens des autres participants.

Le week-end dernier, j’étais à Paris pour un colloque professionnel, et grâce aux grévistes (oui, je trouve même du positif dans le négatif), j’ai dû avancer mon séjour pour cause d’absentéisme de train… Du coup, j’ai pu bénéficier d’une demi-journée pour moi. J’ai pu ainsi aller au Petit Palais voir l’exposition « Le Théorème de Narcisse » de Jean-Michel Othoniel

Pour scintiller, ça scintillait ! Mais pas que ! C’est de la pure poésie !

Si vous passez par Paris, et que vous avez un peu de temps devant vous, allez y ! En plus, pas d’excuses ! C’est gratuit !

INKTOBER 2021 – [1-31]

Comme tous les ans depuis 2009, Inktober fait son retour en 2021. Ce challenge créatif créé par Jake Parker est un défi artistique ouvert aux artistes, illustrateurs, dessinateurs, graphistes ou designers du monde entier qu’ils soient professionnels ou amateurs.

Pendant tout le mois d’octobre, le défi consiste à créer et partager une création graphique à l’encre (dessin, croquis, illustration, esquisse, calligraphie ou typographie) chaque jour en fonction de la liste des thèmes officiels proposés par Inktober. Il n’est pas obligatoire de suivre le thème officiel ou de faire des dessins qui demandent des heures de travail. Les participants peuvent choisir le thème selon leurs inspirations.

Il s’agit de produire un dessin par jour et de le partager.

Alors si vous aussi, vous avez envie déjà de vous amuser, lancez-vous !

1er octobre : Cristal

1er octobre 2021 : Cristal

#frenchinktober2021

#inktober2021

projet [52-2021] semaine 38 – A la campagne

A l’initiative de «Du côté de chez Ma’» où vous pouvez retrouver les liens des autres participants.

Pour aller travailler, j’ai un peu moins de 30 km à parcourir matin et soir et honnêtement, parfois c’est un ravissement et je me fais violence pour ne pas prendre les chemins de traverses… Grace à Ma et son thème du jour, je me suis octroyée le droit de me jeter en vrac sur le bas côté de la route pour partager avec vous la campagne environnante au petit matin. Elle est pas belle ma Bourgogne ?

Vue sur la Saône et ses brumes matinales et son lever de soleil aux alentours de 7h30 du matin, vendredi 24 septembre 2021. En prime, j’ai même croisé la route d’un écureuil peu prudent (mais pas de photo pour illustrer)