Le petit Monde de Marla

Y a un truc de certain, c’est que, quand je pars en balade avec Newton, mes pensées n’ont rien à voir avec celles qui m’habitent quotidiennement…

Là à gauche, c’est un hêtre… Énorme hein ?

Adieu l’institution ! Adieu les patients et leurs histoires de vie alambiquées ! Adieu Corona-tralala ! Adieu les tracas !

Bonjour la carte Ign, le regard inquisiteur sur les dangers potentiels, et un autre sur les indications parfois peu explicites… (Ce qui fut le cas ici). Sans compter l’œil à l’affût du truc à photographier ! Je me demande si je n’ai pas des yeux de mouche au final…

Là, par exemple, on vient de se décider à trouver la roche d’Aujoux (hauteur de 487m). Après avoir garé la charriote au pied de l’église, on s’est attaqué à une p̶e̶n̶t̶e̶ côte boisée. On a marché, marché, puis grimpé, grimpé…

… et encore grimpé !

Là, on pourrait croire que ce pauvre Newton est en surchauffe ! Ben en fait, il faudrait que vous puissiez voir ma tête et vous comprendriez que le  » Newton ! assis ! Pas bouger ! » c’est juste pour éviter que mon cœur explose sur le champs !

Après 30 mn de grimpette, on est enfin arrivé au sommet. Normalement il devait y avoir une table d’orientation… sauf qu’on l’a pas trouvée ! On a juste trouvé une plaque commémorative… illisible…

Sur la Roche d’Aujoux, une plaque commémorative rappelle aux randonneurs que la Seconde Guerre mondiale a marqué l’histoire de la Saône-et-Loire. Les jeunes résistants, aidés par une partie de la population, avaient choisi la Roche D’Aujoux comme cachette privée jusqu’à la Libération de la région, le 4 septembre 1944.

On a pas trouvé la roche non plus, juste un panneau indiquant qu’on y était ! Faut dire que comme j’étais certaine de mourir si je rallongeais la sauce, on a préféré rentrer en vie. Sans parler qu’on s’est un peu trompé dans le fléchage et qu’on a rajouté quelques miles pour retrouver l’auto…

Du coup, va falloir qu’on y retourne, parce que c’était un truc un peu raté pour le côté découverte du patrimoine ! Et je n’aime pas rester sur ma faim !

On va juste essayer de se rappeler d’y aller plutôt un matin à la fraiche !

Le repos du guerrier

Bonne semaine à vous tous et continuez à prendre soin de vous !

Les plumes 15.20

Atelier d’écriture proposé par : Emilie Bert

D’après une collecte de mots sur le thème « boite » : Pandore – Béquille – Nuit – Cadeau – Secret – Sucre – Carton – Ouvrir – Oppresser – Outil.

Tu sucres ?

Le paquet était posé à proximité sur ma table de nuit parce qu’il savait qu’à ce jour, mes béquilles ne me seraient plus d’aucun secours et que je resterai rivée à mon lit, le restant de ma vie.

Il avait choisi un joli carton bleu sur lequel il avait collé de petites étoiles irisées comme l’aurait fait un enfant. Son secret aurait pu être bien gardé, s’il n’avait pas renversé la boite à outils dont le vacarme m’avait extirpée de ma torpeur.

J’avais bien remarqué ce regard humide, donnant à ses yeux bleus délavés, comme un dernier éclat de vie. Quand il a précisé que c’était un cadeau juste pour Moi et qu’il m’appartenait de l’accepter ou non, et qu’il a ajouté qu’une fois la boite de pandore ouverte, je risquais de ne plus pouvoir faire machine arrière. Je compris parfaitement son message.

Avant de me quitter, il déposa sa grosse main rugueuse et fripée sur mes doigts fragiles et glacés, une manière de me donner du courage. Puis, silencieusement, il referma la porte de la chambre sur son passage.

Comme il l’avait annoncé, j’hésitais un peu avant d’ouvrir le couvercle. De mes doigts tremblants, je le poussais et il tomba mollement sur la moquette.

Tout au fond de la boite, se trouvait déposé sur un papier de soi froissé, un petit carré de sucre.

Fébrile, je m’en saisis et le porta à mes lèvres.

C’est à peine si je perçu l’amertume du cyanure habilement camouflée par la douceur du sucre, mais par contre, le souvenir de mon cœur soudainement oppressé me suivra jusque dans l’au-delà !

La photo du mois

Thème : Mon amie mon ombre, choisi par Akaieric (http://akai-inthesky.blogspot.com)

Note de l’auteur-e : Elle nous suit partout, on ne fait plus attention à elle. Peut être que dans notre dos, notre ombre fait des choses surprenantes ou va dans des endroits inconnus? Alors n’hésitez pas à vous retourner et à prendre (ou à faire prendre) votre propre ombre en photo.

L’ombre de mon Ombre ! L’amie de mon ami…

Akaieric, Amartia, Betty, Blogoth67, Brindille, Chris M, Christophe, Cynthia, Danièle.B, El Padawan, Escribouillages, Eurydice, FerdyPainD’épice, Frédéric, Gilsoub, Gine, J’habite à Waterford, Jakline, Josette, Julia, La Tribu de Chacha, Laurent Nicolas, Lavandine, Lilousoleil, magda627, Marlabis, Morgane Byloos Photography, Nicky, Philisine Cave, Pilisi, Pink Turtle, Renepaulhenry, Sous mon arbre, Tambour Major, USofParis, Who cares?, Xoliv’, écri’turbulente.

Je ne teul’fais pas dire !

Piqué chez Mahie, où vous pouvez y trouver la trame !

Aujourd’hui je me sens : Ça va, je me fais une semaine de 4 jours ! Aujourd’hui c’est relâche ! Dommage, il pleut…

Ce matin la première personne à qui j’ai parlé une fois sortie de la maison : Je suis allée à la déchetterie pour y déposer deux matelas et la dame en fluo planquée sous son parapluie m’a dit : « Bonjour Monsieur ! » Pour ceux qui ne le savent pas, j’ai une addiction pour la tondeuse, ce qui fait que j’adore avoir les cheveux très très courts… Si j’ajoute un masque chirurgical et mes lunettes de vue, le tout derrière une vitre d’auto pleine de pluie… Vaut-il mieux être un Monsieur qu’on prend pour une Dame ? Ou une Dame qu’on prend pour un Monsieur ?

J’ai été super contente de : De m’être débarrassée de mes deux matelas

Ça m’a franchement énervée : qu’une de mes collègue aille dire à mon chef, que son équipe (dont moi !) dise de lui qu’il n’était pas très efficace durant la crise Covid… Il nous a fait un caca nerveux ! (Le soucis c’est qu’il peut être adorable, comme très con… surtout quand il est pris à défaut…)

Ma conversation/situation surréaliste de la semaine : Ce patient qui me sort un slip de sa sacoche mettant en avant qu’on ne sait jamais où on peut se retrouver à coucher le soir… (sic !). « La preuve ! Quand les pompiers m’ont embarqué pour m’hospitaliser contre mon gré ! » (re sic !)

Je suis grognon : Là tout de suite ? Non !

Nan, mais franchement, tu trouves ça normal de/que : J’en reviens à mes matelas… La semaine dernière, j’ai commandé 2 super matelas en 90 sur un même site… Et bien, on m’en a livré un lundi à 13h38 par un livreur, et le second initialement prévu par un autre livreur vers 16h30 le même jour… En fait le deuxième livreur s’étant trompé de village, il a fallu revenir mercredi… (Faut dire qu’il y a 2 villages dans le coin qui ne se différencient que par la première lettre … Un B ou un R…) N’empêche que ça me sidère tout ça !

C’est exquis de : Se réveiller vers 5h30 comme quand je dois aller bosser, se lever, sortir Newton, prendre mon petit déj et pouvoir me recoucher sans le soucis de me dire qu’il ne faut surtout pas me rendormir !

Ça me rend extatique :  Pas moi… Mais Newton et son os à moelle !

Tant pis pour le boutis !

En ce moment je lis : Le même livre que la dernière fois… par petits bouts !

Je dis « respect » à : Maxime, qui bosse dans la police… Je ne vais pas m’étendre sur le sujet, mais je pense que si l’état donnait des moyens à ses services, on en serait pas à cette pagaille générale !

Je ne résiste pas à : L’idée de bosser un jour de moins par semaine.

J’vais t’dire une bonne chose : « Travailler avec des cons, c’est la plaie. Je tâche de le faire le moins souvent possible. » JP Marielle

Dans ma bagnole je n’ai besoin de personne et j’écoute à fond : Rien de particulier… Ni radio, ni chanson !

La pensée hautement philosophique de la semaine : « J’ai faim ! »

Je me taperais bien : Le blanc de poulet qui m’attend !

J’ai été raisonnable : Toujours pas !

Cette semaine pour la première fois j’ai : RAS

C’est bien la dernière fois que je : Histoire de matelas (suite et fin). Après avoir reçu 2 sms me confirmant deux livraisons dans la journée, je me suis décidée à mettre un post-il affublé d’une punaise sur ma porte d’entrée pour laisser une consigne de dépôt au(x) livreur(s). A mon retour du Taf, alors que je cherchais mes clés de maison au fond de mon sac… La cata ! Nada ! Plus de clés ! Je retourne mon sac, vide mes cabas, me tords le cou pour regarder sous les sièges… Rien de rien ! Une seule solution ! Retourner à mon atelier qui se trouve à 30 km du nid pour poursuivre mon enquête… Et là, je recommence, je fouille , je cherche dans les recoins… toujours rien ! Alors j’appelle la clinique où je suis allée le matin même, rien non plus ! Je m’arrête à la loge du CHS… Non ! Pas de trousseau de clés rapporté !

Me reste donc à rentrer chez moi, des dizaines de solutions me trottant dans la tête… Vaut-il mieux casser une vitre de la porte ou un vitre de la fenêtre ? Est-ce que j’ai bien planqué un double là où je crois ou pas ? Et Newton ? Si il m’aperçoit, il ne va rien comprendre ? Il va faire pipi partout si je ne lui ouvre pas tout de suite… Qui appeler comme serrurier ?!? Bref, j’étais folle !

Et je me suis remémorée la scène du matin… mes cabas, le post-it… mes clés ! Ben tu vas me croire ou pas ! Mes clés, elles étaient juste restées sur la serrure ! Elle sont restées là, sagement à attendre mon retour…

Bref, j’ai évité un cambriolage facile, j’ai fait 3 x 30 km pour chercher des clés qui étaient juste là , sous mon nez, mes matelas ont voyagé séparément dans plusieurs camions différents…

Elle est vraiment débile cette société, surtout ce qu’on en fait !

La prochaine fois, je ferais peut-être mieux d’aller directement au magasin… 😦

L’émission de tv, de radio, ou l’article de presse qui m’a le plus frappé cette semaine c’est : Je trouve tout nul et chiant en ce moment

Plutôt que d’être assise à mon bureau, là tout de suite j’aimerais mieux : Je vais aller déjeuner ! C’est bien non ? Poulet / salade au menu !

Bon week-end les amis !

Sur ce, si ça vous dit !

Et continuez à prendre soin de vous !