Des mots, une histoire

Sur une proposition d’écriture d’Olivia

Les mots récoltés : impromptu – anis – squelette – rebondir – renaissance – vide (- retard)

J’avais passé une nuit agité et c’est probablement ce qui pouvait expliquer ma panne de réveil. Mais là, j’étais franchement très très en retard. J’étais en plein exercice d’équilibriste, une tasse de café dans une main, une chaussure dans l’autre, quand la sonnette se mit à retentir. Un sursaut et la catastrophe inévitable arriva. Je me retrouvais, mon chemisier de soie recouvert du liquide brunâtre encore fumant qui s’était échappé de sa tasse. Agacée, j’ouvris la porte, prête à incendier l’intrus qui osait s’inviter dans mon timing !

Et à nouveau, ce fût un choc, second sursaut du matin. Ta visite impromptue tombait plus que mal, bien que je rêvais depuis des semaines de cet instant fatidique où tu sonnerais à ma porte. Notre dernier rendez-vous avait tourné au pugilat verbal et j’étais quasi certaine de t’avoir perdu à jamais.

Instantanément, une violente douleur me fit l’impression qu’on me déchirait la poitrine.

Je me souviens juste de ton regard inquiet, de l’odeur du bonbon à l’anis que tu devais suçoter et de ces mots :  » Ça va pas ? T’es toute pâle ! » Mon corps semblait soudainement s’être comme débarrassé de son squelette et je m’écroulais au sol comme une vulgaire poupée de chiffon. Puis ce fût le vide, le noir, le black-out…

Bang… Ban… Bang…

J’eus cette impression d’une balle qui rebondissait à l’intérieur de mon crâne. Quelqu’un allait-il faire cesser ce bruit insupportable ? Avec toute la volonté du monde, j’avais du mal à ouvrir les yeux et mes lèvres étaient si sèches que j’eus l’impression qu’elle craqueraient au premier son émis. Je distinguais à peine une silhouette blanche qui se présenta comme l’interne du service de médecine alors qu’elle me passait un stéthoscope glacée sur la poitrine. Elle m’expliqua que tout allait bien maintenant, que j’avais fait une grosse alerte cardiaque et que heureusement mon ami m’avait sauvé la vie en me prodiguant les gestes d’urgence. Grasse à son massage cardiaque, j’étais aujourd’hui tirée d’affaire et je lui devais donc ma renaissance.

Je te cherchais du regard, espérant croiser ton regard bienveillant, en vain…

22 réflexions sur “Des mots, une histoire

  1. Pingback: Sur le chemin – Olivia Billington

  2. Synchronicité. J’y crois. Si tu n’avais pas été en retard ce matin-là, tu serais partie plus tôt et tu ne l’aurais pas revu. Ne crains rien, je suis certaine qu’il n’est pas très loin, probablement parti se chercher un café à la machine.

    J’aime

  3. Il y a des jours comme ça qui commencent dans le chaos le plus total. Belle synchronicité que ce rendez-vous improvisé qui lui a sauvé la vie! Même si on aurait bien aimé que l’ami en question soit là à la fin.
    Il y aura peut-être une suite!

    J’aime

  4. Tout comme tout le monde, j’ai bien aimé et avoir aussi une suite pour savoir au moins ce qu’est devenu le sauveur de l’humanité.
    Le récit est vraiment très accrocheur. Merci et bonne fin de soirée … Doux rêves pour cette nuit.

    J’aime

  5. C’est toujours pareil : on voudrait croiser, revoir quelqu’un quand on est bien apprêté.e, et c’est quand on est en retard, les cheveux ébouriffés, mal habillé.e que ça arrive. 😀

    Et comment, qu’il va revenir ! C’est de sa faute s’il y a eu une alerte cardiaque, nanmého ! ^_^

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s