Des mots, une histoire…

Sur une proposition d’écriture faite par Olivia

Les mots récoltés : étoile – complaisance – football – perspectives – novembre – passion – poupon

Quand je vois mon reflet dans le miroir, je me souviens des propos de ma sœur, qui, une fois qu’elle avait déposé du fard sur mes yeux et du rose sur mes lèvres, s’écriait toute excitée : « Comme tu es belle !

Elle avait compris, bien avant mes parents ce besoin et ce ravissement que je ressentais au milieu des frous-frous et du maquillage. Dans nos jeux d’enfants, elle trouvait naturel que je joue toujours le rôle de « maman », juchée sur des talons et papillonnant des cils derrière un éventail.

Je me souviens aussi du jour de mes 9 ans, où mon père, dans une crise hystérique, m’avait traîné violemment au club de football du village, espérant me faire passer ma passion pour les poupons.

A l’adolescence, mes parents n’avaient pas envisagé d’autres perspectives que celle de me faire interner en psychiatrie, pour selon eux, soigner « Ma petit déviance ».

Je revois le regard de ma sœur, plein de complaisance, quand à 18 ans, j’ai claqué définitivement la porte de la maison familiale, ne supportant plus les sarcasmes et l’air de dégoût de mon père.

Ce mois de novembre, allait devenir le mois de la transformation, Ma transformation.

Quand je vois mon reflet dans ce miroir, j’ai des frissons de bonheur et des étoiles plein les yeux devant celle qui peut enfin accepter de se dire « Comme tu es belle ! »